lundi 18 décembre 2017

DECOUVERTE. Un immense océan sur une lune de Saturne

Audrey Boehly

Spécialiste chimie et nouveaux matériaux au magazine Sciences et Avenir

  On avait déjà détecté la présence d'eau au niveau du pôle sud d'Encelade. Désormais, les chercheurs pensent que, sous sa croûte glacée, un océan global recouvre cette petite lune de Saturne.

 

Sous la croûte glacée d'Encelade se cache un océan d'eau liquide. Nasa

 

MERVEILLE. Malgré sa petite taille - seulement 500 kilomètres de diamètre - Encelade abrite peut-être l'une des plus grandes merveilles du système solaire. Car sous sa croûte de glace se cache probablement un océan d'eau liquide. Déjà en 2014, les scientifiques avaient détecté la présence d'eau souterraine au niveau du pôle sud grâce aux données accumulées par la sonde américaine Cassini. Désormais, ils soupçonnent que cet océan subglaciaire recouvre la totalité de sa surface, faisant de cette lune une sérieuse candidate pour la recherche de la vie extraterrestre.

Des centaines d'images prises pendant 7 ans ont été analysées par les chercheurs

 

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs de la mission Cassini ont analysé plus de 7 ans d'images saisies par l'engin spatial. Le positionnement d'un certain nombre de repères à la surface d'Encelade - principalement des cratères - a été étudié sur des centaines de clichés afin de mesurer la rotation de la lune avec une grande précision. Les chercheurs ont ainsi découvert qu'Encelade présentait de faibles oscillations dues à ses interactions gravitationnelles avec la géante Saturne. 

Global Ocean on Enceladus (Artist's Rendering)Cette image illustre la structure interne de la lune Encelade. L'océan qui recouvre toute sa surface se situe entre un noyaux rocheux et une croûte de glace (les différentes couches ne sont pas à l'échelle). © NASA/JPL-Caltech.

 

STRUCTURE INTERNE. Les scientifiques ont ensuite confronté leurs mesures avec différents modèles théoriques de la structure interne de la petite lune, dont une faisant l'hypothèse d'une épaisse croûte de glace s'étendant de la surface jusqu'au cœur rocheux. "Si la surface était connectée de manière rigide avec le cœur, ce dernier serait un tel poids mort que l'oscillation [d'Encelade] serait beaucoup plus faible que celle observée", analyse Matthew Tiscareno, chercheur au Seti (Search for Extra-Terrestrial Intelligence Institute), qui a participé à cette étude publiée dans la revue Icarus. "Cela prouve qu'il doit y avoir une couche liquide séparant la surface et le cœur". Reste à savoir ce qui a empêché cette grande quantité d'eau de geler. Pour expliquer ce phénomène, les scientifiques avancent plusieurs hypothèses. Notamment, ils estiment que les forces dues à l'attraction de la géante Saturne pourraient générer beaucoup plus de chaleur que ce qu'on supposait jusqu'ici. Un mystère que les grandes quantités de données recueillis par la sonde Cassini permettront peut-être un jour d'élucider.

VIE EXTRATERRESTRE. En orbite autour de Saturne depuis mi-2004, l'engin spatial américain avait déjà révélé en 2005  l'existence de jets glacésà la surface d'Encelade puis analysé la composition de ces éjections. Après avoir annoncé la présence d'eau liquide sous la surface de son pôle sud en 2014, les équipes de la mission avaient découvert début 2015 une activité hydrothermale sur le plancher océanique de l'astre. Or, sur Terre, des organismes vivants ont été découverts autour de cheminées hydrothermales situées en grande profondeur. Les ingrédients propices au développement de la vie sont décidément de plus en plus nombreux sur cette petite luneglacée.