lundi 18 décembre 2017

                        Le voyage vers la lune à la fin du XIXème siècle, ou quand le steampunk quitte la terre
                                

Tous ces auteurs présentaient leur solution " technologique " d'alors pour quitter la terre, et en particulier pour échapper à l'attraction terrestre dont les effets étaient déjà connus depuis Newton. Il faut se rappeler, et ce à une époque ou les avions n'existaient que vaguement sur le papier, que certains mathématiciens démontraient, équations à l'appui, qu'il était rigoureusement impossible de voler pour un engin plus lourd que l'air... Et les ballons à moteurs, qui allaient devenir sous peu des dirigeables, semblaient l'unique solution pour s'élever du sol.

                                                                                                                                          

Jules Verne, dans ses romans De la Terre à la Lune et autour de la lune, proposait de quitter la terre dans un obus tiré par un canon géant. L'idée pouvait même paraître réalisable en son temps. Les canons existant depuis le moyen-âge, il suffisait simplement d'en construire un énooooorme ! Les pièces d'artillerie les plus lourdes de l'époque ne portant qu'à quelques kilomètres...

   

      

Il y avait tout de même des progrès à accomplir. Sans parler de l'accélération qui aurait immédiatement écrabouillé les malheureux occupant de l'obus lors du tir, phénomène totalement ignoré... Et pour lequel il n'y a toujours pas de solution actuellement !

         

 L'auteur anglais H.G.Wells proposait dans son roman Les Premiers Hommes dans la Lune la fabrication d'un petit vaisseau en forme de sphère recouvert de panneaux d'un matériau étrange, la cavorite. La cavorite, créée en laboratoire, avait la particularité d'être antigravitique, et s'envoler en repoussant le sol. Un vaisseau recouvert de cavorite quittait spontanément la terre, les panneaux étant dirigés vers le bas. En faisant se mouvoir ces panneaux comme des volets à l'extérieur du vaisseau, il devenait simple de choisir sa direction et de s'orienter.Hélas ! On attend encore de découvrir un matériau tel que la cavorite un siècle plus tard.

                                                                                    

Un autre auteur, quand à lui quasiment inconnu car il n'a guère oeuvré dans la littérature, mérite d'être mentionné. Il s'agit du pasteur américain Washington Gladden. Il est plus connu pour ses cantiques et sa postions progressistes contre la ségrégation raciale et le syndicalisme ouvrier que ses vaisseaux spatiaux, mais il en a tout de même décrit un, et de manière très aboutie. En 1880, dans un conte de noël (A christmas dinner with the man on the moon) de sa revue paroissiale, il raconte l'histoire fantastique d'un homme qui emmène ses neveux sur la lune à bord d'un grand vaisseau dénommé le Météore. Cet engin, qui s'envole depuis une rampe, avec une illustration à l'appui. Il est assez bien renseigné (ou conseillé !) car il explique que l'air étant plus raréfié sur la lune, les voyageurs respirent à l'aide d'un casque relié par un tube à une réserve d'air sous forme d'un cube placé dans une poche... Pas mal pour l'époque !

                                                               

En hommage à cette stupéfiante création peu connue, je vous propose donc une évocation du Météore sous forme de diorama, avant qu'il ne quitte la terre.Son vaisseau à une longue coque fuselée, à l'image des tout premiers sous-marins. Pour s'élever en l'air et quitter la terre, il utilise pour sa part des roues à aube tournant à grande vitesse... Solution aussi élégante que celle de H.G. Wells ou de Jules Verne, et qui s'inspire des navire à vapeur voguant sur le Mississipi.Arrivé à 200km d'altitude (limite de l'atmosphère qu'il évalue au double), le Météore actionne de puissantes dynamos internes et se dirige vers la lune en utilisant les lignes de champ magnétique qui existent entre la terre et notre satellite, en atteignant 20.000km/h soit environ quatre fois plus vite qu'Apollo XI...

                                                            

Pour en savoir plus sur la conquête spatial moderne 

     Chronologie de l'exploration spatiale

      missions Apollo 

Lite